Twilight, Story of RPG
Bienvenue sur Twilight Story of RPG!
Aidez nous a lancer ce forum on vous attend!! Vous êtes Fans de la saga ou du film?Envie de retrouver vos personnages preferés, d'une dose de fantastique, d'action et d'amour? Et tout cela dans une bonne ambiance?
Ecoutez votre petite voix interieure elle à toujours raison, écoutez... inscrivez vous!!!


Do you belive in destiny?


 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Dernières vingt quatre heures

Aller en bas 
AuteurMessage
Bella Swan
Admin
avatar

Prénom : Florence
Féminin
Nombre de messages : 545
Age : 32
Localisation : Pas loin des ennuis..

Votre personnage
Age: 17 ans
Dons:: aucun
Statut:: Célibataire

MessageSujet: Dernières vingt quatre heures   Sam 14 Fév - 18:14

Les vingt quatre heures précédent mon départ furent les plus longue de ma vie! Je ne réussit pas à trouver le sommeil, trop d’émotions m’avait submergées! Il a d’abord fallu que je conserve mon calme et ma bonne humeur face à la tristesse de maman. C’est à ce moment que je me découvrit doter d’un self-control bien utile et d’un talent de comédienne jusqu’alors bien caché. Durant le petit déjeuné je garda mon regard rivé dans mon bol de céréales évitent celui pleins de larmes de maman. Et fît mine de ne pas entendre ses soufflements, ma décision était la bonne, je ne céderai pas. Rattrapée par ma tristesse j’attrapa mon sac à dos et sortie de la maison presqu’en courant, risquant une chute monumentale à tous moment. Je poursuivit ma course aussi loin que mon corps le pût. Luttant contre mon envie de vomir et les vertiges, me concentrant sur mon sang qui battait si fort à mes tempes. Drôle de sensation que celle de se sentir aussi vivante dans un moment ou on voudrait ne plus rien sentir ni ressentir.

Arrivée au lycée j’afficha un sourire et un air de « je vais bien c’est génial « tous au long de la journée de cours. Tous le personnel et les élèves n’ayant de cesse de me couvrir d’encouragement et d’adieu que je jugeait bien trop faux! Ma lassitude se transformant en exaspération quand je me découvrait de nouvelles « amitiés » en ce dernier jour de scolarité à Phoenix! Amitiés bien trop curieuse de connaître le pourquoi de ma décision soudaine de quitter cette ville que j‘aimais tant pour une petite bourgade pluvieuse et si ennuyeuse dont personne ne connaissait l’existence, hormis ses habitants. Je pris soin de respirer profondément avant chaque réponses, non pas pour réfléchir à ce que je devait dire mais pour calmer mon envie d’envoyer promener tous le monde! Depuis le temps que j’étais ici, que je croisait les mêmes personnes tous les jours, jamais personnes ne c’était soucié de ce que je pensais, vivais ou ressentait, cette soudaine attention me mettait vraiment mal à l’aise. Elle me dérangeait aussi dans la mesure ou elle n’était que pur curiosité mal placée qui plus est. Je ressentit à ce moment les prémices de la colère s’insinuer en mon sein. Tel un liquide bouillant se déversant au fond de moi, elle prenait son aise et toute la place qu’elle souhaitait. Ne sachant trop si elle était provoquée par ma réaction ou la leur. Son poids était étrangement lourd, je hurlai intérieurement. Je crut même à un moment que mes yeux changèrent de couleurs sous la puissance de ce feu. Que se passait il? Ce n’était pas moi, pas cette colère, jamais cela ne mettait arrivé. Je suppose que tout arrive, tout à un début, mais si violent!

Dans un second temps, je dût vider mon casier , voilà un moment bien douloureux, seule face à l’évidence, j’allais devoir affronter un nouvel établissement, de nouveaux élèves et bien évidement de nouveaux professeurs. Autant de nouveaux regards inquisiteurs qui me mettrait plus mal à l’aise les uns que les autres. Des frissons tenant presque du spasme me procurèrent la colonne vertébral et je dût fermer les yeux quelques instants afin de me ressaisir. Je me rendit compte que j’avais amasser un sacré Bazard dans ce petit placard! La plus part des objet s’y trouvant ne me disait d’ailleurs pas grand-chose, preuve de mon esprit très vagabond. Une foi mes idées remisent en place, il ne me fallût que quelques secondes pour filer droit vers la sortie, puis m’éloigner de ce lycée et ce sans même me retourner. Une page se tournait se n’était pas un drame, la vie était pleine de page à tourner autant le faire franchement.

De retour à la maison je fila dans ma chambre après avoir envoyer un « bonjour » probablement à peine compréhensible. Je mis un peu de musique et m’allongea sur mon lit, il me fallait un peu de solitude et un temps de réflexion avant d’affronter cette dernière soirée à Phoenix au près de maman et Phil. Mes bagages étaient fait et bouclés et j’avais veillée a bien mettre mon billet d’avion dans mon sac à dos. Je n’avait à ma disposition qu’un tout petit week-end pour me préparer à cette nouvelle rentrée. En y pensant bien, j’étais plus angoissée par maman que par moi! Elle serait perdue sans moi, j’en était sur, mais Phil m’a promis de bien veiller sur elle, je lui fait confiance. J’entendis les bruits provenant de la cuisine. Je focalisai mon attention dessus. Je fermai les yeux doucement, m’efforçant à respirer lentement et profondément, hurlant à mon cerveau de cesser de réfléchir .Maman ne tarderait pas à m’appeler pour diner, je ne pût m’empêcher de sourire en repensant à tous ces beaux moments que nous avons passés ici tous les trois. Mon cœur se calma presque’ instantanément à l’apparition de toutes ces images de bonheur. La voix de ma chère maman résonna dans l’escalier…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://twilight-story-rpg.forumactif.com
Bella Swan
Admin
avatar

Prénom : Florence
Féminin
Nombre de messages : 545
Age : 32
Localisation : Pas loin des ennuis..

Votre personnage
Age: 17 ans
Dons:: aucun
Statut:: Célibataire

MessageSujet: Re: Dernières vingt quatre heures   Mer 25 Fév - 16:21

Je prit une longue inspiration et entama la descente de l’escalier afin d’affronter ce dernier diner en compagnie de Phil et de maman. Tous au long de l’escalier était suspendu des photos de moi, du stade de bébé à aujourd’hui. Une foi installée à table, j’entreprit de raconter ma journée d’école, comme je le faisait tous les soirs. Cependant les sourires et réponses étaient bien moins enthousiastes que d’ordinaire. Maman avait du mal à garder son regard posé sur moi sans un rictus de tristesse, quand à Phil, il s’évertuait à la contemplation de son assiette.

« - Vous savez je viendrais pendant les vacances et tous les ponts, ne faites pas cette tête là!, lançais-je. »

La seule réaction obtenue fût « mmm ». Puis maman me rappela de lui téléphoner des que je serais arriver, et bien évidement au moins une foi par jour à partir du lendemain. La fin du repas se passa dans le silence le plus complet. Uniquement marqué par les passages des voitures devant la maison. L’ambiance me devenant vite insupportable, je débarrassa la table et rejoignit ma chambre. Je n’étais pas encore arrivée sur le pas de ma porte que les larmes coulaient à torrent sur mon visage, s’écrasant sur la moquette. On aurait pu m’y suivre à la trace, l’eau salée y laissaient de petites tâches plus sombre. Je changea d’avis et préféra me réfugier sous la douche. Au bout de quelques minutes ma peau fût rougit par la chaleur de l’eau qui me frappait. Je ne m’en souciait guère, comme si ma douleur intérieure avait anesthésiée mon corps fatigué de se montrer grand et fort. Ma carapace cédait, chaque jours je faisait attention à ce que rien ne vienne abimer, fêler, érrafler la coquille que je m’étais formée, ce soir je ne pouvait plus. Trop fatiguée de bataillée contre le monde extérieure, contre moi-même, je m’autorisa à flancher quelques peu, à l’abri de tous sous mon jet d’eau.


J’allais me coucher de suite après, attendant que maman vienne me dire bonne nuit, je m’enveloppa sous ma couette. Je me sentais d’un seul coup ,si éreintée que je n’eut pas la force de lutter contre le sommeil qui envahissait chaque parcelle de mon être. Ne sentant même pas maman venir déposer un baiser sur mon front. Le repos fût de courte durée, le stress, l’angoisse et la nervosité firent irruptions, me promettant une nuit plus agitée que celle que je n’avait jamais connue jusqu’alors. Me mettant au défis de ressaser mes décisions, mes souvenirs, mes craintes jusqu’à ce que mon esprit soit endolori par le flux de mes pensées.


Malgré les rayons du soleil qui frappaient ma fenêtre de chambre, je restait au fond de mon lit. Guettant la dernière minute pour me lever afin de minimiser les contact visuelles, physiques ou auditif avec les autres habitants de la maison. Après cette terrible nuit je souhaitais un au revoir rapide et bref. Pas d’effusion, de pleure ni de scène d’adieu dans un aéroport, tous cela serait bien trop susceptible de me faire revenir sur la décision qui me paraissait être la meilleure que je n’es jamais prise jusqu’à ce jour. Une heure avant le départ de l’avion, je me leva et me fit coup de vent dans la maison, insaisissable, introuvable, sourde aux appels de ma mère.

Le trajet jusqu’à l’aéroport se fît sans une parole pour mon plus grand soulagement.
Une foi devant la salle d’embarquement, je serra maman et Phil aussi fort qu’il m’en était possible. M’efforçant de graver dans ma mémoire leur parfum, souvenir dont j’aurais besoin je le savais. Puis je fila, droit vers la porte sans me retourner, sans pleurer, sans penser mon cerveau encore trop faible par la nuit qui venait de passer. La porte se referma derrière moi, annonçant la fin de ma vie à Phoenix.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://twilight-story-rpg.forumactif.com
 
Dernières vingt quatre heures
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Toi, Elles, Moi et les Livres (Satoshi)
» "Ô temps ! suspends ton vol, et vous, heures propices ! ..."{Frédérick & Milena}
» sonnet de felix arvers ( mes heures perdues)
» joséphine ▬ « La solitude effraie une âme de vingt ans »
» Sacrements, Pastorale, Confessions à toute heures, Bureau de Gwendoline Von Wittelsbach.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Twilight, Story of RPG :: Other CIty... :: ₪ Phoenix-
Sauter vers: